les propositions de Matignon

Premières propositions de Edouard Philippe pour les gilets jaunes

 »

Seul le prononcé fait foi

Depuis plus de trois semaines, des dizaines de milliers de Français expriment leur colère, sur des ronds-points, des péages, près de zones commerciales ou dans les rues de nombreuses villes de France.
Cette colère vient de loin. Elle a longtemps couvé, elle est souvent restée muette, par pudeur et par fierté. Elle est aujourd’hui exprimée avec force et de façon collective. Cette colère, il faudrait être sourd et aveugle pour ne pas la voir, ni l’entendre. Comme le Président de la République, comme les parlementaires, cette colère, je l’entends et j’en mesure à la fois la réalité, la force et la gravité.

C’est la colère de la France qui travaille, dur, et qui peine à joindre les deux bouts, la colère des Français qui sont le dos au mur, celles aussi des mères de famille qui élèvent seules leurs enfants. Cette colère prend sa source dans une profonde injustice. Celle de ne pas pouvoir vivre dignement du fruit de son travail. De ne pas pouvoir subvenir aux besoins de ses enfants alors que les journées de travail commencent tôt et finissent tard, surtout si l’on y ajoute le temps de transport.

Pendant ces dernières semaines, j’ai beaucoup consulté. Les partenaires sociaux. Les élus locaux et les associations. Les parlementaires. Les responsables de l’ensemble des partis politiques. J’ai écouté les Français et leurs représentants. J’en tire deux premières conclusions.

Les Français qui ont enfilé un gilet jaune aiment leur pays, ils veulent que les impôts baissent et que le travail paye : c’est aussi ce que nous voulons. Ce sont aussi nos valeurs. C’est le cœur de l’engagement du Président de la République. Et si je n’ai pas réussi à l’exprimer, si la majorité a peiné en convaincre les Français, c’est que je dois et que nous devons changer quelque chose. Nous avons déjà pris des mesures fortes sur le pouvoir d’achat (la baisse de la taxe d’habitation, la baisse des cotisations). Avec la prime d’activité et l’augmentation du SMIC au 1er janvier, nous aurons une hausse de plus de 3% du SMIC net, c’est à dire une des plus importantes de ces 25 dernières années. Notre objectif, c’est que le travail paye et nous avons bien entendu les Français qui nous demandent d’accélérer.

Je suis par ailleurs convaincu que si l’Etat doit rester fort, et ferme, il est d’abord garant de la paix publique. Fixer le cap et le tenir est une nécessité pour gouverner la France, mais aucune taxe ne mérite de mettre en danger l’unité de la Nation.

Depuis le début du mouvement, quatre de nos compatriotes ont trouvé la mort. Plusieurs centaines de concitoyens, en particulier des membres de nos forces de l’ordre, ont été blessés. Des menaces et des insultes s’expriment sans retenue, contre les élus de la Nation et contre les gilets jaunes eux-mêmes. Cela ne ressemble pas à ce que nous voulons être. Les violences doivent cesser.

C’est pourquoi, dans un souci d’apaisement, nous avons pris, avec le Président de la République, les décisions suivantes.

 »

la suite sur le site du gouvernement

in

https://www.gouvernement.fr/partage/10769-discours-a-l-hotel-de-matignon

 

 

soleil-l-Kercambre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s